Stages à Rennes

Liste des Stages – Rennes

 

Voici une liste exhaustive des stages disponibles à Rennes, que ce soit pour les internes, futurs internes, mais aussi pour ceux souhaitant réaliser un échange HUGO ou un InterCHU.

 

Lorient

*

DIM – CH de Lorient

*

 

Saint-Brieuc

*

DIM – CH Saint Brieuc

*

 

Rennes

*

DIM Information médicale – CHU Rennes

*

DIM Laboratoire de recherche d’information médicale – CHU Rennes

*

Serice d’Épidémiologie et de Santé Publique, Epidémiologie – CHU Rennes

*

Service d’Épidémiologie et de Santé Publique, Evaluation – CHU Rennes

*

Centre d’Investigation Clinique, Pharmacologie Clinique – CHU Rennes

*

Service de Bactériologie, virologie et hygiène hospitalière – CHU Rennes

*

Service de médecine légale – CHU Rennes

*

Centre de coordination et de lutte contre les infections nosocomiales

*

DIM – CH psychiatrique

*

Centre de lutte contre le cancer

*

Cellule inter-régionale en Epidémiologie

*

Direction Régionale de Service Médicale (Assurance Maladie)

*

Etablissement des Hautes Etudes en Santé Publique

*

Irset, Equipe Inserm, Equipe de recherche en épidémiologie expologie et santé environnementales

*

Instance Régionale d’Éducation et de Promotion en Santé (IREPS)

*

Ville de Rennes (Service Enfance et Handicap)

 

 

Pour plus d’informations sur les stages disponibles en santé publique à Rennes, n’hésitez pas à prendre contact avec nous, ou directement avec les internes de Rennes.

Les stages en Département d’Information Médicale (DIM)

En résumé:

Venir avec des attentes définies:

Apprendre

  • le codage
  • la gestion de l’information médicale
  • le financement hospitalier
  • le fonctionnement hospitalier administratif
  • les bases de l’interrogation de bases de données

Faire

  • des formations au codage
  • des réunions d’établissement/de pôle etc
  • du conseil de codage
  • de l’interrogation de bases de données

Ne pas faire

  • Du codage (ou alors si peu)

Les grandes lignes du DIM

Le département ou le service d’information médicale est l’entité responsable dans toute structure de soins de la qualité de l’information présente dans les dossiers médicaux informatisés et de l’utilisation de cette information.

Le DIM se situe à un noeud stratégique de tout établissement. En effet, avec la tarification à l’activité qui représente quasi 100% des financements en Médecine-Chirurgie-Obstétrique et SSR, et une orientation vers la tarification au fil de l’eau, la qualité de l’information des dossiers numériques est directement corrélée aux fonds reçus de la tutelle par les établissements médicaux.

L’information médicale telle que présente dans les observations médicales et infirmières n’est pas à ce jour exploitable telle quelle. Les professionnels de santé sont donc amenés à coder les actes et diagnostics relatifs aux patient pris en charge.

Le DIM contrôle la qualité du codage, afin de s’assurer que celui-ci soit au plus près de la réalité de prise en charge. En effet, un dossier “sous-codé” (actes ou diagnostics non ou mal codés) peut faire perdre de l’argent à l’établissement, surtout si l’erreur se répète. Un dossier “surcodé” à l’inverse entraînera un trop perçu pour l’établissement, et donc un risque d’amende ultérieure.

La masse d’information générée par le codage des dossiers médicaux constitue une mine d’or pour le suivi d’activité, et parfois pour la recherche. Le DIM est garant de la transmission sécurisée et de la manipulation adaptée de ces informations.

L’interne au sein du DIM

Ses rôles

Les rôles d’un interne dans un DIM peuvent être très variés.

Dans l’idéal, un interne doit suivre les médecins DIM lors de leurs missions, et les remplacer lorsque c’est possible et qu’il s’en sent capable.

Le médecin DIM participe à de multiples réunions administratives et médicales afin d’apporter son avis sur le réalisme de l’utilisation des données numériques pour des diagnostics qualité, des réponses à des injonctions de tutelle, le suivi d’activité, etc.

Le médecin DIM procède à l’interrogation des bases PMSI (locales et nationales), au travers d’outils ad hoc, à du conseil de codage (et très peu de codage en tant que tel), à de la gestion de projet …

Le médecin DIM a enfin un rôle fondamental en centre hospitalier qui est un rôle de formation des personnels médicaux au codage et au renseignement exhaustif de l’information médicale.

Les risques

Le risque majeur pour un interne de Santé Publique dans un DIM, est d’être assimilé “codeur”, et de passer 6 mois à relire et à corriger le codage de l’information médicale dans les dossiers. Il est conseillé de s’accorder avec le chef de service pour s’assurer que ça ne sera pas le cas…

Toute position “technique”, vous ferait perdre certains avantages d’un semestre en DIM, dont l’intérêt est d’appréhender toutes les facettes de la position de médecin DIM qui est, au final, loin d’être très technique.

Enfin, venir en DIM pour réaliser un projet spécifique est très aléatoire. Il faut savoir qu’un DIM dans un gros établissement est sujet à d’énormes pressions de toutes parts (ils tiennent d’une certaine façon les cordons de la bourse), et qu’un interne de bonne volonté peut vite se retrouver à crouler sous les requêtes d’extraction de données, de conseils de codage, et de remplacement de médecins DIM à des réunions.

À l’inverse, comme ces services tournent souvent sans interne et sont très contraints, il est possible de ne strictement rien faire si vous ne sollicitez pas agressivement les médecins, les TIM (techniciens d’information médicale), et les informaticiens/statisticiens.

Les horaires de stage ne sont généralement pas très contraignants, cela reste un service administratif.

Qu’attendre de son stage au DIM ?

  • La découverte des rouages internes des établissements hospitaliers
  • L’apprentissage des arcanes du codage de l’information médicale (encore une fois, il n’est pas nécessaire de coder des dossiers pour comprendre le codage)
  • La découverte ou l’approfondissement de la manipulation des bases de données (principalement PMSI, mais ces connaissances sont transposables)
  • L’apprentissage des possibilités, des limites, et du cadre réglementaire d’utilisation de l’information médicale
  • En théorie, on peut apprendre beaucoup sur les coûts hospitaliers (ça nécessite souvent de trouver un interlocuteur à la direction des affaires financières, toujours proche)

A ne pas rater en DIM (liste non exhaustive !)

  • Les formations des médecins/internes au codage (je vous conseille même d’en réaliser une sur les principes de base du codage)
  • Les contrôles “sécu” (si l’établissement se fait contrôler): c’est assez grisant de négocier avec un médecin conseil pour faire gagner 10 fois sa paie mensuelle au CHU