Stages à Angers

Liste des stages – Angers

Angers

*

Département universitaire de Santé Publique – CHU Angers

*

Centre Antipoison – CHU Angers

*

Service Universitaire de médecine préventive et sociale – Angers

*

Laboratoire ergonomie et épidémiologie, Santé au travail – CHU Angers

*

Département hospitalo-universitaire de méthodologie et biostatistique – CHU Angers

*

Mairie d’Angers

*

Pharmacovigilance – CHU Angers

*

Service communal d’hygiène et de direction de Santé Publique

*

DIM CH Cesame – Saint Gemmes sur Loire

*

Le Mans

*

DIM CH Le Mans

*

Nantes

*

ORS Pays de la Loire – Nantes

*

CIRE Pays de la Loire – Nantes

*

ARS Pays de la Loire – Nantes

*

Pour plus d’informations sur les stages disponibles en santé publique à Angers, ou via une procédure HUGO, n’hésitez pas à prendre contact avec nous, ou directement avec les internes d’Angers.

Stages à Brest

Liste des stages – Brest

*

Département d’Information Médicale – CH Intercommunal Quimper

*

Service Hygiène Hospitalière – Epidémiologie – CH Intercommunal Quimper

*

Centre d’Investigation Clinique – CHRU Brest

*

Département d’Information Médicale – Contrôle de Gestion – CHRU Brest

*

Service Hygiène – CHRU Brest

*

Evaluation de la qualité des soins – CHRU Brest

*

Laboratoire de Génétique moléculaire – CHRU Brest

*

Direction de la protection Maternelle – Conseil Général du Finistère

*

Pour plus d’informations sur les stages disponibles en santé publique à Brest, ou via une procédure HUGO, n’hésitez pas à prendre contact avec nous, ou directement avec les enseignants de Brest.

UC-IRSA

L’UC-IRSA

L’UC-IRSA (Institut Interrégional pour la Santé) est un établissement de l’Assurance Maladie qui a pour objectif de développer la médecine préventive, la promotion de la santé et les actions de santé publique.

Au niveau pratique, l’UC-IRSA propose :

des examens périodiques de santé. Ce sont des examens de santé assez complets comprenant un versant clinique (consultation infirmière, médecin +/- dentiste) et un versant paraclinique (bilan biologique, ECG, spiromètrie…). Ces consultations permettent aussi aux professionnels de santé de réaliser des actes de prévention et de promotion de la santé.

des actions de sensibilisation et d’éducation thérapeutique à destination des consultants de l’UC-IRSA.

des études de santé publique.

Les offres de la structure sont accessibles à tous, mais visent prioritairement des publics précaires ou n’accédant pas aux soins.

Organisation

 

L’UC-IRSA est une structure qui s’étend sur 11 départements. Son siège se situe à La Riche, à proximité immédiate de Tours, de la faculté de médecine et du CHU Bretonneau (5 minutes à pied).

L’interne qui effectuera son stage à l’UC-IRSA sera donc en relation fréquente avec ses autres cointernes. Il est donc tout à fait possible pour lui de manger à l’internant tous les midis.

Les horaires de travail sont globalement de 9h à 17h30 avec 1 heure pour manger. Il existe cependant une variabilité importante en fonction des missions qui vous seront confiées.

Enfin, la structure dispose d’un parking privatif où l’interne pourra se garer (ce qui lui fera gagner du temps dans cette zone où le stationnement peut être difficile)

Les missions de l’interne

 

La structure ouvre deux postes d’interne, et l’interne de santé publique partagera souvent son bureau avec un interne d’une autre spécialité (ophtalmologie ou radiologie +++) désireux de réaliser un stage hors filière (et de prendre du temps pour sa thèse).

Concernant son travail, l’interne de santé publique se partagera entre un temps de consultations et un temps derrière son ordinateur.

Les consultations :

 

L’interne aura entre 2 et 4 demi-journées de consultation par semaine (en fonction des besoins).

Ces consultations sont centrées sur la prévention, le dépistage et la promotion des bonnes pratiques. Concrètement, vous avez 30 minutes pour voir un patient, pour parler avec lui de ses soucis de santé, mais aussi et surtout de l’ensemble de son environnement psycho-social et de ses conduites à risque.

Enfin, l’interne pourra réaliser d’autres consultations un peu plus spécialisées qui s’inscrivent dans le suivi de la cohorte Constance.

Le travail de Santé Publique :

 

Il s’agit d’une grosse structure et le bureau des internes n’est pas forcément bien situé (près des services informatiques et loin de la direction ou des médecins).

Cependant, il existe du travail, mais il nécessite une importante autonomie de la part de l’interne et une capacité à créer aussi ses propres projets. lUC-IRSA dispose de nombreuses bases de données (pas toujours exploitées, mais pas toujours exploitables non plus) et d’une vraie volonté d’améliorer ses pratiques au regard des attentes de l’Assurance Maladie concernant les centres d’examens de santé.

C’est donc dans ces domaines que se situera la majeure partie du travail de l’interne.

Au final, le travail existe, mais il n’est pas toujours évident d’avancer sur ces projets et l’encadrement n’est pas non plus toujours présent. Pour un interne plus avancé, cela peut être l’occasion de s’autonomiser et de travailler comme chef de projet avec l’appui des professionnels disponibles dans la structure (statisticien, …)

ARS Centre-Val de Loire (retour d’expérience)

Un stage à l’ARS

Après un accueil très chaleureux par l’équipe du PEM (Pole d’expertise médical),et par l’équipe de la CVAGS (Cellule de Veille et d’Alerte Sanitaire), quelques jours pour prendre mes marques, et rencontrer tous les directeurs métiers au sein de l’ARS, le stage a pu réellement commencer. J’ai eu la chance d’être encadrée par deux maitres de stage. Elles avaient leurs missions propres et bien différentes. Le stage à ARS est une mine d’or pour tous ceux qui veulent découvrir la transversalité de notre spécialité.

Veille sanitaire …

Dr Durandin, responsable de la cellule de veille et d’alerte sanitaire m’a fait découvrir le fonctionnement de la plateforme d’alerte régionale, la gestion des signaux, et les outils informatiques.

En passant à la CVAGS, j’ai compris comment étaient gérés les signaux, et participé à certains d’entre eux. Je pense notamment à une alerte d’un cas de méningite, dossier difficile, qui eut un enjeu médiatique et nécessita une prise de décision importante collégiale des médecins. Mais il y eu aussi les joies de l’épisode de grippe hivernale. Je ne sais pas qui d’entre les directeurs d’EHPAD, le ministère de la santé ou les infirmières de la CVAGS furent les plus soulagés quand la courbe d’incidence a enfin infléchi.

La lecture et la compréhension des textes de loi (décrets, arrêtés et instructions) fut une expérience nouvelle pour moi, lors de ma participation à un travail sur la réforme des vigilances. Cette réforme, inscrite dans la loi de modernisation du système de santé, donne la responsabilité aux ARS de créer un réseau régionale des structures de vigilance et d’appui. Une belle occasion pour apprendre à connaitre ces structures (dont j’avoue humblement n’en avoir presque jamais entendu parler lors de mes études). J’ai ainsi compris leurs fonctionnements, leurs missions, leurs rayonnements…

… et autres missions

Dr Titton est responsable notamment de l’offre de soin urgence. Grâce à elle, j’ai mieux compris, à la lecture du CSP (Code de la Santé Publique), la gestion de l’offre de soin et les visites de conformités. Je l’ai accompagné pour une inspection d’un service, avec sous le bras, tous les textes de loi auxquels le service doit se conformer. Cette expérience m’a permis de voir concrètement une inspection, comment s’y préparer, comment la mener et comment en faire le rapport.

Les compétences de Dr Titton étaient nombreuses, référente pour les dossiers de santé environnementale, elle m’a confié un exercice. A partir de plaintes de riverain d’une odeur « œuf pourri » (caractéristique de l’odeur de l’hydrogène sulfuré), j’ai réalisé une enquête de risque sanitaire. Cette enquête permet ensuite au DGARS de prendre des mesures si nécessaire.

Mais aussi référente à la CPGSE (Cellule de Préparation à la gestion de situation exceptionnelle), elle m’a fait découvrir l’envers du décor de la gestion des situations exceptionnelles. Cette activité m’a beaucoup passionné. Dr Titton m’a associé à la relecture de son plan ORSAN-AMAVI (ORSAN : Organisation de la réponse du système de santé en situations sanitaires exceptionnelles et AMAVI : Accueil Massif de Victimes Multiples). Elle m’a fait participer à une réunion de préparation à un exercice « attentat ». Quelque mois plus tard, j’ai pu observer le déroulement de cet exercice en direct au sein de la CRAPS (Cellule Régionale d’Appui et de Pilotage Sanitaire).

En résumé

Voici un aperçu rapide de la diversité des missions possible pour un interne en santé publique, en politique de la santé, en veille et sécurité sanitaire, en santé environnementale et en gestion des risques. Il y a évidemment d’autres champs d’action envisageable à l’ARS en fonction des envies des internes.

Comme vous pouvez le constater, à l’ARS, on ne s’ennui pas quand on est curieux de tout !

Sixtine Poum

Bilan du WEISPO N°2

Avec un peu de retard, voici un petit retour du Week-end des ISPO n°2 (24,25,26 mars dernier) pour vous donner envie de participer au 3ème qui sait ?

L’équipe : Pour cette édition n°2, nous étions 6 ISPO, à peu près la même équipe que le premier WEISPO.

Le vendredi  24 mars

Après la fin du SISPO à Tours, nous avons décidé de rester dans le coin, près des châteaux de Loire.  Nous nous sommes installés dans une jolie maisonnette à Athée-sur-cher à environ 30 minutes de Tours.

Maison WEISPO

Nous avons passé la soirée au calme (avec des bières) à jouer à plusieurs jeux de société et à papoter … on s’est bien marré !

soirée Weispo

Le Samedi 25 mars

Après un lever tardif, on pris un bon petit déjeuner, on s’est baladé aux alentours de la baraque, le long des bords du Cher, puis on est rentré pour manger parce que ça creuse tout ça !

L’après-midi : direction la cave Saint Roch à Rochecorbon, où l’on a bénéficié d’une visite guidée, des explications sur le processus de fabrication des vins mais surtout où l’on a pu déguster des bons vins de Loire pétillants ! (AOP Vouvray).

3 WEISPO 2

Le soir, on a décidé de sortir sur Tours pour mieux connaître la ville : on s’est baladé sur les bords de Loire, puis on a fait un apéro dans un bar à bières très sympa et enfin on s’est installé dans un petit restau libanais, une tuerie !

5 WEISPO 2     6 WEISPO 2

 

Le dimanche 26 mars

Toujours après un lever plus ou moins tardif, on a décidé de visiter un château de la Loire : celui de Chenonceau ! Très joli d’ailleurs avec un magnifique cadre. On y a appris un peu d’histoire, on a vu des ânes (lol), bref c’était sympa !

Puis nous avons pique-niqué autour du château le midi, avec les canards, au grand plaisir de Norah 😉, un très bon taboulé au quinoa que notre maman Lucile avait gentiment préparé.

Et voilà ! fut venue l’heure du départ, le temps que chacun rentre dans sa ville respective … ☹

8 WEISPO 2

J’espère qu’on vous aura donné envie de venir au prochain ! on vous attend !!

 

Retour du Hacking Health Bordeaux

Hacking Health… C’est quoi ça ? C’est légal ?

L’aventure Hacking Health

Hacking Health c’est une organisation canadienne, animée par des bénévoles, et dont l’ambition est de « révolutionner la santé digitale et d’impliquer les acteurs de santé locaux dans ce processus ». Elle organise des événements ponctuels (des ateliers, des cafés…) comme des hackathons qui durent plusieurs jours, et dans plus de 40 villes à travers le monde !

« Hackathon » ça vient de « hack » et « marathon ». Mais « hack » dans le sens de « se débrouiller avec », « bidouiller », donc rien d’illégal ici ! Et « marathon » parce que le but est de regrouper des personnes (initialement des développeurs informatiques) afin de réaliser un projet sans interruption et dans un temps limité, en général un week-end. Un jury décidera à la fin de ce temps du projet qui sera le plus innovant, le plus prometteur, le plus utile, etc…

Ce principe a donc été repris dans de nombreux domaines, ici dans la santé, en créant des équipes le temps d’un week-end composées à la fois de développeurs et de professionnels de santé, mais aussi d’entrepreneurs, de designers, de juristes, de patients…

Ce hackathon est le plus souvent accompagné d’une ou plusieurs journées de formation et de conférences dans le domaine de la e-santé. En France, vous pouvez y participer à Strasbourg, à Bordeaux, à Lyon et à Nice.

hackinghealth.ca

Photo finish du Hacking Health Bordeaux
Photo finish du Hacking Health Bordeaux

Le chapitre bordelais

Pour cette première édition à Bordeaux, l’événement a été organisé par des ISP locaux qui ont formé ensemble l’association AquitHealth. Il s’est tenu du 21 au 23 octobre dernier à l’Athénée, en plein centre ville.

Nous avons commencé le vendredi par une journée de conférences axées sur la robotique et l’intelligence artificielle. De quoi se mettre dans le bain et être inspirés par toutes ces innovations qui arriveront dans un futur relativement proche !

Le soir, début du hackathon ! Une trentaine de projets présentés en 1 minute chacun, puis la dure épreuve de création des équipes…

14633385_1203317779725040_2772365466030644926_o
Vincent leader de son projet !

Ensuite commence la première nuit de travail… Nous avons eu jusqu’à dimanche 15h pour créer un prototype fonctionnel à présenter au jury. Les équipes étaient installées dans différentes petites salles afin de bosser à fond, tout en gardant leur bonne humeur ! Des coachs étaient également présents la journée afin d’aider les équipes dans différents domaines.

Vincent était venu avec son propre projet de serious game d’apprentissage de la santé publique côté cliniciens, et Lucile a rejoint un projet de plateforme de communication et coordination adaptée au monde de l’hôpital.

De nombreux ISP de toute la France étaient présents à cette édition, preuve que la santé publique est une spécialité est ouverte et dynamique !

Dimanche : dénouement de l’aventure ! Chaque projet a 3 minutes pour présenter sa réalisation devant le jury et les sponsors. Malheureusement pas de prix pour les projets de nos deux représentants de l’Ouest.

Mais la plus grande récompense est finalement plus dans l’expérience de cette aventure que dans la remise des prix…

Pourquoi y participer ?

C’est vrai ça, qu’est ce qui peut pousser un interne à aller jusqu’à Bordeaux (ou Strasbourg) pour bosser un week-end non stop sur un projet qui n’est même pas forcément le sien ?!

Tout d’abord parce que c’est une belle aventure et une vraie expérience de vie : devoir travailler avec des gens de tous horizons dans des domaines dont on ne soupçonnait parfois même pas l’existence, passer des jours et des nuits de travail intense avec eux juste après les avoir rencontrés, vivre de grands moments de rire et de générosité de la part de tous les participants, rêver tous ensemble d’une médecine innovante et humaine…

Mais en tant qu’ISP, on peut également y voir une mode original de formation : mise en pratique des différentes méthodologies de santé publique (même un peu de biblio, oui oui !), gestion de projet, travail en équipe pluri-professionnelle, adaptation à des conditions de travail originales, rencontres avec des acteurs de domaines satellites du monde de la santé…

Donc au final, on perd quelques heures de sommeil, mais on y gagne en expérience et en humanité !

Photos : Léa Mariette, Hélène Rossinot et Lucile Trutt

Bilan du premier WEISPO

Les 7, 8 et 9 octobre derniers se tenait le premier Week-End des ISPO. Retour sur ces quelques jours de détente après le séminaire de validation…

L’arrivée dans le Morbihan

Le séminaire se déroulant à Rennes, nous avons décidé de garder la Bretagne comme région à l’honneur pour ce premier WEISPO. Direction donc Séné, petit village en périphérie de Vannes !

C’est dans une jolie maison à l’écart du reste de la ville que nous sommes arrivés. Piscine, grande terrasse avec fauteuils, multiples salles de bain (pour le plus grand bonheur de notre président), grande cuisine avec bar (pour le bonheur de tout le monde)… Tout était là pour passer un bon week-end !

S’en suit une petite soirée pizza au calme histoire de faire connaissance entre tous : les vieux, les moins vieux, et les tous jeunes. Nous avons même pu profiter des talents de chant de notre toute nouvelle VP Formation (beaucoup) plus tard dans la soirée !

Découverte de la région…

Après un lever plus ou moins tardif et un petit-déjeuner au soleil, nous voici partis pour une première balade : expédition sur la plage à 200m de la villa. Après un petit détour pour aller voir un dolmen (que nous n’avons jamais trouvé malgré les talents de scout de notre nouvelle ISP…), nous avons longé la côte de la presqu’île afin de profiter de l’air iodé et des petites plages isolées le long du sentier côtier.

20161008_115106Puis retour à la location : opération barbecue !

L’après-midi était cette fois dédié à la découverte de Vannes : le port, le centre historique, les remparts et leur jardins… Ainsi que l’une de ses terrasses afin de profiter des derniers rayons du soleil.

…et activités ludiques !

De retour à la villa, et après tout ce soleil, les plus courageux ont décidé de tester la piscine malgré la température extérieure automnale. Notez tout de même que 88% des participants auront été courageux pour au moins une demi-heure !

Après le repas démarre la session jeux de société (qui en vrai avait déjà commencé avec un poker le midi). Ce fut une soirée pleine de fou-rires, malgré notre secrétaire pas toujours bon perdant, notre trésorier plus ou moins patient et notre président truand !

20161008_162948

Et après ?

Nous espérons que ce premier WEISPO aura plu à tous ses participants. N’hésitez surtout pas à nous donner votre ressenti et vos idées d’amélioration !

En tout cas pour nous ceci reste un week-end réussi, et nous avons hâte de remettre ça ! Peut-être après le séminaire interrégional à Tours ? Affaire à suivre…

Premier Week-End des ISP de l’Ouest: Premiers pas

WEiSPONous en avons discuté. Vous l’avez attendu. Voici le premier Week-end des Internes de Santé Publique de l’Ouest (WEISPO), en espérant qu’il sera annonciateur de nombreux autres.

Le WEISPO s’installe en Bretagne

Suite à notre séminaire de validation, qui aura lieu, cette année, à Rennes, l’association « les ISP de l’Ouest » s’est imaginé découvrir un peu plus l’Interrégion dans laquelle résident ses membres.

C’est ainsi qu’après concertations entre les membres du bureau, des échanges de mail à répétition, la recherche de maisons pouvant nous héberger, nous vous proposons de partager avec nous le 1er WEISPO.

Venez profiter de l’océan, de la campagne et du temps breton.

De l’Organisation à la Réalisation

Une chose est sûre: le Week-end aura lieu le 8 et 9 octobre 2016, directement après notre séminaire de Validation.

Mais, il reste encore du travail. Tous les internes de santé publique de l’Ouest ont été invités à se prononcer sur le lieu et l’organisation du WEISPO. Cette première  concertation nous permettra de mieux répondre à vos attentes pour cette année, mais aussi pour les suivantes.

N’oubliez donc pas de répondre au mail qui vous a été envoyé.

Nous reviendrons très vite vers vous pour vous faire part du programme.

 A très bientôt

Le Bureau ISP de l’Ouest

Devenir médecin de santé publique

Spécialité souvent peu appréciée lors des études de médecine mais en recrudescence, la santé publique est finalement une spécialité mal connue, aussi bien par le monde médical que par le grand public.

Nous allons donc commencer par se débarrasser des préjugés sur la profession de médecin de santé publique afin de partir sur des bases saines.

Médecin de santé publique en bref

Ce que n’est pas un médecin de santé publique

  • Un médecin raté
  • Un mec enfermé dans un bureau sombre à ne voir personne de toute la journée
  • Un addict de lecture critique d’articles et de statistiques
  • Un nerd technophile accro à son ordinateur

Ce qu’est un médecin de santé publique

  • Un vrai médecin
  • Un spécialiste dynamique et ouvert sur le monde
  • Un professionnel multi-compétent au croisement entre la médecine et d’autres domaines très variés
  • Une interface de plus en plus prisée, aussi bien dans le public que dans le privé

La santé publique en détail

Maintenant que votre image du métier de MSP est un peu plus réaliste, voyons ce que peut être concrètement la santé publique.

Vous l’aurez compris, la santé publique est une spécialité très variée et dynamique. Elle se situe à la frontière entre la médecine et d’autres domaines qui peuvent avoir un lien avec. Le médecin de santé publique doit donc être compétent à la fois en médecine et dans une autre sphère, ce qui fait que chaque parcours est unique !

Au lieu de s’occuper des patients un par un comme les cliniciens, le MSP aura une vision plus large, axée sur l’amélioration de la santé de la population dans son ensemble. Il a donc une activité plus orientée gestion de projets et promotion de la santé, mais pas que…

Les domaines de spécialité

Voici un aperçu (largement non exhaustif) des différentes spécialités qu’un MSP peut avoir :

  • Épidémiologie : surveillance et analyse de l’état de santé des populations, on peut exercer aussi bien dans son bureau que sur le terrain, intervenir auprès des décisionnaires à plus ou moins grande échelle pour les éclairer
  • Recherche clinique : faire avancer la médecine dans tous les domaines imaginables (médicaments, pratiques, nouvelles technologies…), que ce soit au niveau gestion de projet ou conduite de l’étude, aussi bien dans le public que le privé (instituts, labo) ou des ONG
  • Administration : collaborer aux prises de décision et à la gestion de la santé de la population, du simple CH aux grandes agences nationales, voire internationales, tout est possible ! Les compétences supplémentaires peuvent être aussi bien en politique, économe, sciences sociales, environnement…
  • Éducation thérapeutique et promotion de la santé : améliorer l’état de santé général de la population afin de prévenir l’apparition des maladies chez les personnes saines et ralentir leur progression chez les malades, aussi bien à petite échelle (association locale, service de médecine préventive…) qu’à grande échelle (association nationale, agences…)
  • Gestion de l’information médicale : amélioration et analyse des données de l’activité médicale au sein d’un (ou plusieurs) CH, un institut, une agence nationale…
  • Amélioration des pratiques : aider les cliniciens et les administratifs à avoir une vision plus large sur leurs activités en réalisant des audits sur le terrain et en les accompagnant dans leurs projets d’amélioration afin d’optimiser les pratiques et réduire les risques pour les patients

Au final…

Vous l’aurez donc bien compris, la santé publique est une spécialité riche et transversale qui permet à chaque médecin d’avoir l’activité dont il a envie : travailler dans un bureau ou sur le terrain, avoir des responsabilités locales ou carrément internationales, être tranquillement dans son bureau ou passer son temps au contact d’autres professionnels, certains continuent même à faire de la clinique auprès des patients.

Choisir la santé publique c’est choisir une spécialité d’excellence et d’avenir qui ne cessera de vous apporter son lot de nouveautés chaque jour (ou presque) !

Pour approfondir encore, vous pouvez aller voir le site Devenir MSP réalisé par le CliSP, ou leur propre page de présentation de la santé publique.

Référent Interrégional

Le Représentant / Référent d’Interrégion

Représentant

Les Interrégions

L’internat de Santé Publique est découpé géographiquement en 7 interrégions :

• Ouest (Tours, Angers, Poitiers, Nantes, Brest, Rennes)

• Sud-Ouest (Bordeaux, Limoges, Toulouse, Antilles-Guyane, Océan Indien)

• Nord-Ouest (Amiens, Caen, Lille, Rouen)

• Ile-de-France (Paris)

• Nord-Est (Besançon, Dijon, Nancy, Reims, Strasbourg)

• Rhône-Alpes Auvergne (Clermont-Ferrand, Grenoble, Lyon, Saint-Etienne)

• Sud (Marseille, Montpellier, Nice)

Chacune de ces interrégions est représentée par 2 internes.

Les missions

Ces référents ont 2 rôles principaux :

• ils servent de relais au CliSP entre l’échelon national et local

• ils ont un rôle d’organisation et de consultation au sein de l’interrégion

Les missions auprès du CliSP

Pour le CliSP, le représentant est un membre du collège dont la mission consiste à assurer la communication entre les internes de l’interrégion et l’association :

• dans un sens, il peut être contacté par un/des interne(s) qui souhaite(nt) obtenir des informations de la part du CliSP, ou faire remonter une remarque ou requête.

• dans l’autre sens, il relaie les informations du CliSP au niveau local (dates des séminaires, demande de participation à une enquête en cours….

Le représentant participe aux 4 réunions annuelles qui réunissent ce collège et aux groupes de travail du CliSP en fonction de ses affinités.

Il est a noté que dans un soucis d’équité et d’incitation à la participation, le CliSP rembourse les frais de transport des représentants se déplaçant pour assister à ses réunions.

Enfin, il est chargé d’actualiser régulièrement auprès du CliSP les informations qui concernent l’interrégion : les internes et enseignants qui débutent ou qui terminent, les formations suivies, les coordonnées à contacter.

Les Missions locales

Au sein de l’interrégion, le référent joue aussi un rôle d’intermédiaire auprès des enseignants coordonnateurs et participe (de près ou de loin) à la mise en place et à l’organisation des événements impliquant plusieurs facultés : dans l’interrégion Ouest on pense plus spécifiquement les séminaires de validation du DES et le séminaire d’enseignement annuel.

Ce rôle nécessite un temps d’implication non négligeable mais variable en fonction des responsabilités endossées par l’interne au sein de son interrégion et dans le cadre des groupes de travail.

Il est tout à fait envisageable d’être référent / représentant local en plus d’interrégional et de bénéficier d’une synergie des 2 rôles mais il faut alors faire attention à la charge considérable de travail et au temps que cela demande !

Les représentants sont élus par les internes de l’interrégion, selon des modalités de scrutin fixées au sein l’interrégion. La durée du mandat est variable, fonction de l’envie de continuer du représentant en place et du désir de prendre le relais des autres internes.